Expositions Année 2013

Publié le : 28 décembre 20178 mins de lecture

Mme Renée THOUAND

Fille d’un père fou de poésie, et d’une mère peintre et sculptrice, aux doigts de magicienne. Les mots, depuis presque toujours. Mots miroirs, mots voyageurs, passages d’ailleurs, la poésie comme une thérapie. Pour traverser la vie sans trop de déshonneur, pour mettre de l’ordre dans mes désordres. Puis un jour, des enchaînements de rencontres : Les écrivants et animateurs de l’atelier d’écriture dans le cadre de ma profession, expérience magique. La calligraphie, art de dessiner les mots, en même temps que Stéphane Alfonsi qui m’a vraiment donné envie de rêver. Mon coup de foudre pour la ferveur de Sébastien Hoffmann, Petit Prince décroissant, poète. Mon amie Zazie de Chaignon, compagne de route, qui colle et recolle avec moi chaque semaine. Patricia Gerardin la graveuse de la Bottega. En écho, les amis qui comptent. En même temps, tout doucement, le chemin des collages, coutures de phrases secrètes qui mettent en scène d’autres secrets écrits, et donnent à voir un peu de l’inconnu de soi. Je pars à l’aventure avec mes morceaux de papier déchirés, mes encres, mes bouts de monde ramassés, de vieilles lettres, des couleurs. Passeuse, je rejoins quelque chose qui me réconcilie avec cet univers en chute. Et j’y prends un plaisir immense.

Ghislain   BINOUETA

Conquis dès son plus jeune âge, Ghislain Binouéta s’oriente vers la peinture dès la fin de ses études secondaires. Et rejoint en 1991 quelques artistes professionnels de l’école de peinture de Poto-Poto (EPPP). Brazzaville, Congo. Il y prit cours sur l’art du Moyen-âge, de la Renaissance, sur l’art contemporain et sur l’art traditionnel africain qui est aussi très vivant dans son pays. C’est au terme de six années d’études qu’il décroche une attestation de fin de cycle et une attestation de reconnaissance en tant qu’artiste de l’EPPP. Binouéta est un peintre aux diverses techniques, où il fait preuve d’une grande maîtrise. Tour à tour abstraite et figurative, la peinture de Binouéta est tout en sensibilité ; elle met en valeur l’Homme, l’Animal et la Nature. Dans ses réalisations abstraites, Binouéta fait preuve d’un dynamisme pictural impressionnant, sous-tendu par une grande audace formelle. L’imagination à l’état pur explose littéralement sur la toile pour y orchestrer une espèce de désordre qui n’est qu’apparent. Qu’il fasse du figuratif ou l’abstrait, Binouéta développe une touche paisible où prédomine le jaune. La couleur jaune est reine chez l’artiste. Elle exprime avec emphase à la fois la lumière et la paix autant recherchée par les hommes que par la nature. Le coup de pinceau est l’écriture individuelle d’un artiste.

Noêl BRION  et  Raphaelle STRACH

Raphaëlle Strach et Noël Brion sont un couple de photographes Animalier et de Nature. Les deux Mosellans ont une approche philosophique. Non seulement leurs clichés démontrent qu’il n’est pas nécessaire de parcourir le monde pour accéder à des belles rencontres, mais de surcroît, qu’il est véritablement captivant de s’intéresser au petit animal commun que l’on rencontre fréquemment. Leur nouvelle exposition » demois’ailes » vous transportera dans le monde des libellules. Un univers macro-photographique étonnant. Guidé de manière délicieusement artistique… … vous invitant à une douce rêverie…

Jean Marie JENOT

Autodidacte, je peins et dessine, depuis de nombreuses années, pour mon plaisir. Je n’ai jamais fréquenté d’école d’art. Les Diaphanes sont des êtres qui sortent tout droit de mon imagination. Dans la plupart de mes œuvres, ils ont le dos courbé d’amertume et de tristesse. Je veux faire comprendre la difficulté de la vie dans leurs gestes. Mais dans leur posture, je veux montrer la noblesse de l’imagination et la richesse de l’art. Sur différents tableaux, les Diaphanes semblent réfléchir aux causes de la vie. Ils cherchent une solution aux faits qui se trament dans notre monde. Le surréalisme de mes œuvres forme les pensées mêlées d’un être. Les couleurs claires montrent les joies de la vie.

Christian   BADET

Passionné par le modelage depuis l’enfance, j’ai passé ma jeunesse dans le milieu campagnard Bressan et la région lyonnaise, en immersion totale avec la nature. J’ai également été attiré très tôt par la Bande Dessinée, art auquel je me suis humblement essayé. Mes objets sont réalisés en grès, recouverts partiellement de porcelaine et polis sur terre crue avec des fondants, après une première cuisson à 1000° ils sont trempés dans un jus d’oxyde de fer rouge, ce qui leur donne une teinte brune satinée, rappelant la rouille et le minerai de fer. Très peu d’émail est utilisé afin de garder tous les détails et la précision des expressions, une dernière cuisson à 1260° en cuisson oxydante finalise le processus. Mes premiers pots se sont vite transformés, suite au mélange de souvenirs imprégnés du milieu animalier et de la BD, en figurines imaginaires et humoristiques. La céramique m’a donc permis de faire des illustrations en trois dimensions avec toutes sortes d’ animaux et de personnages imaginaires et de leur donner un semblant d’âme à travers une foule d’expressions.

Véronique   FILIPETTO

Depuis longtemps Véronique trace et jette sur le papier des formes secrètes qu’elle rattache inévitablement à son parcours sensible intérieur. Son inspiration est largement liée à ses pérégrinations dans la quotidienneté. Ses choix de couleurs fleurent bon l’empirisme et l’aléatoire qui, si l’on se réfère à Jean Dubuffet sont la source de la véritable liberté de l’artiste. La goutte de peinture qui tombe du pinceau sur la toile sert de révélateur à l’œuvre en devenir. C’est ainsi que la technique qu’elle emploie s’est façonnée au fur et à mesure de sa pratique. Elle mélange peinture à l’huile et eau dans le non- respect des règles de l’art mais dans un savant dosage d’humilité et de bonheur. (…) La passion de Véronique pour l’écriture l’incline également de plus en plus à composer des méandres et galbes profonds, des contours et détours qui empruntent à l’écriture la grâce typographique et suggèrent sa passion pour les mots. (…) Jean-Michel Leblond Théâtre par delà l’eau.

Michelle   SCHMITT

Peintre autodidacte, le dessin a toujours été pour moi une forme d’expression familière : aussi loin que remontent mes souvenirs je me vois, un crayon ou une plume trempée dans l’encre de Chine, à la main. J’ai abordé la couleur avec l’aquarelle d’abord, l’huile ensuite, le pastel enfin dont j’ai découvert qu’il alliait l’épaisseur, la douceur et la sensualité de la matière. Cette technique a été une révélation pour moi et à ce jour je pense pouvoir me définir comme « pastelliste ». Lorsque je peins je ne cherche pas à transmettre un message mais à faire partager une émotion ressentie. Mes tableaux sont une invitation à s’arrêter un moment pour apprécier la beauté d’un objet, la fragilité d’une fleur, le miroitement d’un drapé, l’élégance d’une silhouette, l’harmonie d’un paysage

Plan du site